Données épidémiologiques

11. Aspects administratifs
Des renseignements sur chaque pays, notamment sur l’état sanitaire (épidémies, médecins, hôpitaux et cliniques recommandés par l’ambassade de France dans le pays) sont fournis sur les sites du ministère des Affaires étrangères et du CIMED :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index.html
http://www.cimed.org
BEH 21-22 / 1er juin 2010 247

11.1 Prise en charge médicale, assistance et rapatriement
Il est indispensable de vérifier la validité de son contrat d’assistance et de son assurance maladie avant le départ.
11.1.1 Assurance maladie
Pour les séjours au sein de l’Union européenne (UE), de l’Espace économique européen (EEE) ou de la Suisse, la Carte européenne d’Assurance maladie peut être obtenue par internet ou auprès de sa Caisse primaire d’assurance maladie.
Pour les séjours hors des pays de l’UE : en cas de séjour dépassant six mois effectifs, il est recommandé de contracter un contrat d’assurance maladie auprès de la Caisse des Français de l’étranger ou d’un assureur privé.
Les renseignements sur les démarches et les documents nécessaires pour avoir une protection sociale lors des voyages se trouvent sur le site de l’Assurance maladie, que ce soit pour les voyages en Europe ou hors d’Europep http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/a-l-etranger/indexpphp
11.1.2 Assistance rapatriement
Il est recommandé de contracter une assurance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire.
11.1.3 Réserve de médicaments pour long séjour
Une autorisation de délivrance d’un traitement pour six mois dans une pharmacie française peut être demandée auprès de sa Caisse primaire d’assurance
maladie lorsqu’on est atteint d’une pathologie chronique (diabète, insuffisance thyroïdienne, etcp).

11.2 Dossier médical
Tout voyageur atteint d’une ou plusieurs maladies chroniques emportera avec lui :
• un compte-rendu médical, en anglais et au mieux traduit dans la langue du pays de destination. Ce compte-rendu mentionne les traitements en cours sous leur dénomination commune internationale ; • les coordonnées d’une structure de santé ou d’un médecin correspondant spécialiste (www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_ 909/indexphtml)
• l’ordonnance pour traitement régulier ;
• un certificat médical pour le matériel d’injection d’un traitement (diabétiques, par exemple).
POUR EN SAVOIR PLUS
• Les centres de vaccination contre la fièvre jaune
– Envoi de la liste sur demande au Bureau des risques infectieux et de la politique vaccinale, Direction générale de la santé, 14 avenue Duquesne, 75350 PARIS 07 SP.
– Les coordonnées de ces Centres de vaccination anti-amarile sont également consultables et téléchargeables sur le site Internet du ministère en charge de la Santé, rubrique « Les dossiers de la santé de A à Z »,
Vaccinations / Informations sur les vaccins / Où se faire vacciner : http://www.sante-sports.gouv.fr/ou-se-faire-vacciner.html
• Guide des vaccinations 2008
Téléchargeable sur le site de l’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (Inpes) : http://www.inpes.fr/10000/themes/vaccination/guide_2008/index.htm
• Les services de maladies infectieuses et tropicales ainsi que les laboratoires de parasitologie des CHU et CHRp
• Les sites Internet
– Ministère chargé de la Santé et des Sports :
http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/voyageurs/index.htm
– Ministère des Affaires étrangères ; site « conseil aux voyageurs » :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index.html
– Cimed (Comité d’informations médicales) : http://www.cimed.org
– Institut Pasteur (Centre médical) : http://cmipppasteurpfr
– Institut de veille sanitaire (InVS) : http://www.invs.sante.fr/presse/2004/le_point_
sur/recommandations_voyageurs/index.html
et http://www.invs.sante.fr/international/edito.htm
– Organisation mondiale de la santé (OMS) : http://www.who.int/ith
– Centers for Disease Control and Prevention (CDC), USA : http://www.cdc.gov/travel

Note sur les modalités de surveillance du paludisme d’importation en France métropolitaine en 2010
Centre national de référence du Paludisme, Paris
Le Centre national de référence du paludisme (CNR Palu) recueille pour les cas de paludisme d’importation, à partir d’un réseau représentatif de correspondants volontaires agréés, des données épidémiologiques, cliniques et thérapeutiques, ainsi que des échantillons sanguins permettant d’évaluer la chimiosensibilité des isolats
aux antipaludiquesp C’est à partir de ces données
que les recommandations préventives pour les voyageurs sont adaptées annuellementp
Toute constatation d’un cas inhabituel, surprenant par le pays de contamination
ou d’évolution défavorable, doit être signalée. Des messages par courriel peuvent être adressés à cnrpalu@gmail.comp
Pour des questions plus urgentes, les appels au CNR Palu peuvent être faits aux numéros suivants :
• Données épidémiologiques : Université Paris 6 :
0142161312
• Données clinico-biologiques :
– Hôpital Bichat-Claude Bernard : 01 40 25 78 99 – Hôpital Pitié-Salpêtrière : 01 42 16 01 48
– IMTSSA, Le Pharo, Marseille : 04 91 15 01 66
La publication d’un article dans le BEH n’empêche pas sa publication ailleurs. Les articles sont publiés sous la seule responsabilité de leur(s) auteur(s) et peuvent être reproduits sans copyright avec citation exacte de la source.
Retrouvez ce numéro ainsi que les archives du Bulletin épidémiologique hebdomadaire sur http://www.invs.sante.fr/BEH

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. neuropaludisme
    Mai 12, 2012 @ 17:12:23

    Le Figaro
    Un patient décède du paludisme après une transfusion sanguine

    SANG. Un patient de 70 ans ayant contracté le paludisme à la suite d’une transfusion sanguine est décédé le 3 janvier au Centre hospitalier de Carcassonne (Aude), a annoncé hier l’établissement dans un communiqué.
    Admis aux urgences dans la matinée du 2 janvier, ce patient, qui ne présentait « aucun facteur d’exposition au paludisme », est décédé le lendemain d’un « accès de paludisme à plasmodium falciparum », indique le communiqué. « Comme il avait bénéficié de plusieurs transfusions sanguines au Centre hospitalier de Carcassonne, les recherches se sont orientées vers une contamination posttransfusionnelle », explique l’établissement.
    Des tests effectués au laboratoire de l’Etablissement français du sang ont permis de retrouver un résultat positif pour un donneur dont étaient issues les poches transfusées au patient.
    « Aucune autre personne (n’a) reçu de transfusion en provenance du même donneur », a toutefois indiqué le Centre hospitalier, précisant que « les produits sanguins émanant des dons infectés ont été retirés du circuit. Aucune autre transfusion n’a été réalisée avec ces produits ».
    Une enquête est en cours pour déterminer les causes précises de l’absence d’identification de la contamination du don.
    Ce type de contamination a un caractère tout à fait exceptionnel, s’agissant surtout d’une maladie tropicale. La semaine dernière, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS) assurait que le risque de transmission des virus du sida, des hépatites B et C et du HTLV (à l’origine de leucémies et de certains troubles neurologiques) lors de transfusions sanguines était désormais très faible grâce à l’amélioration constante de la sélection des donneurs et aux progrès du dépistage.

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/01/09/01008-20070109ARTFIG90025-un_patient_decede_du_paludisme_apres_une_transfusion_sanguine.php

    J'aime

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :